Suède

Stockholm (Photo Wikimedia)La Suède a longtemps été considérée par ses voisins européens comme un modèle en matière de qualification de sa main-d’œuvre et de formation professionnelle, mais sa situation a changé.

Le système éducatif suédois n’a pas été assez réactif, dans les années 2000, face aux mutations technologiques qu’a traversées l’industrie et face aux bouleversements qu’a connus le marché de l’emploi. Aussi le pays connaît-il une diminution de sa main-d’œuvre qualifiée.
Le Parlement a donc récemment décidé de mettre en place, avec la participation des entreprises, de nouveaux programmes de formation mieux adaptés aux besoins du marché du travail.

 

Schéma du système éducatif suédois – 2013

 

Schéma du système suédois (© Onisep / Elise Veteau)

 

Lexique

 

La voie professionnelle en Suède

 

L’enseignement secondaire

A l’issue de l’école obligatoire, à l’âge de 16 ans, l’élève suédois peut entrer au lycée. L’un des objectifs du système éducatif suédois est d’éviter qu’un fossé ne se creuse entre l’enseignement professionnel et l’enseignement général. Les élèves des deux filières sont dans le même établissement et suivent des cours communs dans certaines matières.

La réforme du lycée, intervenue en 2011, introduit 18 séries ou orientations (sciences sociales, langues et littératures, hôtellerie, série technique, etc.). Chaque série possède des spécialisations : par exemple, la série « santé et soins » propose plusieurs options comme « santé et bien-être », « langue des signes », « sciences naturelles », etc. Ainsi, la distinction entre programmes théoriques qui préparent aux études supérieures et programmes pratiques formant aux métiers est plus claire.

Les critères d’admission sont différents :

  • Pour être admis à un programme théorique, l’élève âgé de 16 ans doit être reçu en suédois, anglais, mathématiques et dans, au moins, neuf autres matières.
  • Pour être admis à un programme pratique, il doit être reçu en suédois, anglais, mathématiques, ainsi que dans au moins cinq autres matières.

Les diverses séries proposées au lycée peuvent préparer aux études supérieures, aux métiers, ou bien être un mélange des deux. Chaque série contient quatre composantes :
– 8 matières fondamentales (anglais, arts, sports et santé, mathématiques, sciences, sciences civiques, suédois, théologie) ;
– des matières spécifiques au programme choisi ;
– un travail personnel ;
– des stages professionnels pour les programmes qui préparent à un métier.

Le diplôme de fin de cycle, Slutbetyg från gymnasieskolan, est l’équivalent du baccalauréat français. Si les notes obtenues sont insuffisantes pour postuler à certaines formations, l’élève a la possibilité d’améliorer ses résultats en complétant sa formation ou en repassant un examen.

 

L’enseignement supérieur

L’enseignement professionnel post secondaire est inclus dans l’enseignement supérieur. Une agence est responsable des programmes de la formation professionnelle post secondaire.

Il permet de valider en deux ans des qualifications professionnelles pour les secteurs de l’industrie, de la santé et des nouvelles technologies. Un tiers de la formation se déroule en situation de travail. Ces cursus sont menés en étroite collaboration entre les entreprises, les municipalités et les organismes de formation.

 

L’apprentissage

L’apprentissage est très peu développé en Suède. Un programme pilote « Apprendre en situation professionnelle »  (LIA), est actuellement en cours d’expérimentation.

 

Chiffres clés

  • 71 % des hommes et 76 % des femmes de la tranche d’âge 25-64 ans sont engagés dans un cursus de formation. C’est de loin les taux de participation à la formation professionnelle les plus forts en Europe. (Agence nationale de l’Education)
  • Le gouvernement a investi dans une campagne d’information visant les étudiants, les parents, les professeurs et les tuteurs. Les enjeux sont qualitatifs et attractifs. Le gouvernement  en accord avec les employeurs et les employés des différentes organisations ont déclarés l’année 2016, l’année des programmes de professionnalisation. (CEDEFOP – 2016)
  • Le nombre d’apprentis de l’enseignement supérieur secondaire suédois a considérablement  augmenté, passant de 6000 (à l’automne 2013) à 6500 (à l’été 2014) pour atteindre finalement  7300 apprentis (à l’automne 2014).(CEDEFOP – 2015)
  • Parmi les premiers diplômés de l’enseignement supérieur secondaire suédois, le nombre d’apprentis a augmenté de 9% par rapport à l’année précédente. (CEDEFOP -2015)

Mis à jour le 20/01/2014