Pourquoi 75% des 18-30 ans rêvent de partir à l’étranger et seulement 26% le font ?

3 octobre 2018

Selon une enquête OpinionWay, 75 % des 18-30 ans rêvent de partir à l’étranger pour une période longue (plus de trois mois). « Vivant dans une société mondialisée, ils se projettent de plus en plus dans des parcours scolaires et professionnels internationaux et envisagent de partir pour faire un stage, des études ou simplement pour découvrir le monde ».  La valorisation de la mobilité à l’étranger dans les discours des acteurs économiques et dans la politique européenne de l’éducation, explique aussi cet engouement. En outre, la période de la vie située entre 18 et 30 ans est la plus propice à ce genre d’expériences. Mais entre rêve et réalité, il y a un écart : seulement un quart des sondés (26 %) ont déjà fait leur valise pour un séjour long hors de nos frontières. La situation est différente d’un pays à un autre : les jeunes Grecs, Italiens ou Espagnols partent massivement à l’étranger en raison des difficultés économiques rencontrées dans leur pays. « Pourtant, les jeunes Français qui ont vécu ce dépaysement sont dithyrambiques, en citant l’ouverture d’esprit, l’autonomie, la maturité et la confiance en soi que ce voyage leur a apporté ». Alors, pourquoi seuls 26% des sondés ont sauté le pas ? L’étude pointe des contraintes professionnelles, familiales et  financières qui empêcheraient de partir mais aussi des freins psychologiques : « la mobilité à l’étranger est favorisée par le fait d’avoir connu d’autres expériences de mobilité auparavant : avoir déménagé enfant, avoir changé d’université, avoir beaucoup voyagé avec ses parents », constate Julien Clamand, auteur d’une étude du Céreq sur le thème. Lire l’article de 20 minutes.